Le Plaisir ET la Forme

******************************************

12.4.16

La semaine des "Primeurs de Bordeaux"

Un rallye œnologique d'anthologie

Crédit : Michael Boudot
Tous les ans, au début du mois d'avril, les professionnels du vin convergent du monde entier vers les vignobles girondins, pour découvrir en avant-première le dernier millésime fraîchement tiré des fûts. Pendant 5 jours ils vont se croiser dans un ballet virevoltant, à l'intérieur et aux alentours des célèbres châteaux, harmonieusement orchestré par l'Union des Grands Crus de Bordeaux, les négociants (Ulysse Cazabonne, Jean-Baptiste Audy...), les syndicats viticoles (Côtes de Bourg, Pessac-Léognan...) et de vignerons  (Vins bio d'Aquitaine, Crus Artisans du Médoc...), les associations de producteurs (Grand Cercle des Vins de Bordeaux, Grands Crus classés de Saint-Emilion, Crus bourgeois du Médoc...) et les consultants (Derenoncourt, Hubert de Boüard, Oenoconseil, Roland Oenologie...). C'est guidé par le sommelier Alain Ségelle ("Meilleur Nez d'Europe" 1988), fidèle "grognard" des Primeurs depuis l'époque où elles étaient encore confidentielles et qui participait à sa 31ème campagne, que nous avons vécu intensément cet évènement. Au rythme impressionnant de plus de 300 échantillons quotidiens, ce "stakhanoviste" de la dégustation enchaîne les verres à la cadence d'un métronome, dans un élan quasi-mystique, tout en trouvant le temps de rédiger un commentaire précis sur chaque cuvée grâce à son flair hors pair. Mais ceux qui font l'objet de toutes les sollicitudes en ce début de printemps sont de fragiles "poupons", tout juste extraits de leur couveuse, les tant attendus crus du millésime 2015. Ces nourrissons, fruits des noces de la vigne et des hommes célébrées l'automne dernier dans une vingtaine d'appellations bordant les Rives droite et gauche de la Garonne, semblent promis à un destin de surdoués. La partition des cépages, savamment interprétée par des œnologues-virtuoses pour l'élaboration des rouges, blancs secs et liquoreux, a révélé une superbe expression, notamment sur les "premiers vins" qui offrent déjà un savoureux équilibre entre acidité, minéralité, concentration aromatique et structure tannique. En complément de ces qualités intrinsèques prometteuses pour l'évolution des nectars du millésime, les présentations privées dans les  chais des plus prestigieux domaines ont permis la perception  plus personnelle d'un style distinctif pour la plupart des fleurons des gammes dégustées : SAINT-ESTEPHE - sophistication voluptueuse (Cos d'Estournel), pureté scintillante (Cos d'Estournel blanc) - puissance charnelle (Haut-Marbuzet), perfection gourmande (Montrose) - PAUILLAC - charme racé (Haut-Batailley), profondeur raffinée (Latour), opulence soyeuse (Lafite Rothschild), droiture chatoyante (Lynch-Bages), minéralité gourmande (Lynch-Bages blanc), opulence distinguée (Mouton Rothschild), séduction gourmande (Pichon Baron), élégance subtile (Pichon Comtesse), harmonie gourmande (Pontet-Canet) - SAINT-JULIEN - sensualité majestueuse (Ducru-Beaucaillou) - MARGAUX - opulence élégante (Dufort-vivens) , opulence charmeuse (Margaux), élégance solaire (Palmer), - HAUT MEDOC - intensité veloutée (La Lagune) - PESSAC-LEOGNAN - complexité envoûtante (Haut-Brion), profondeur gourmande (Pape Clément), amplitude savoureuse  (Pape Clément blanc) - SAUTERNES et BARSAC - gourmandise infinie (Lafaurie-Peraguey), gourmandise subtile (Romer), opulence gourmande (Suduiraut) - POMEROL - élégance raffinée (L'Evangile), délice intense (Clos l'Eglise), délice soyeux (L'Eglise Clinet), fraîcheur opulente (La Conseillante), velours fondant (La Fleur de Gay), minutie gourmande (Le Gay), puissance racée (Vieux Château Certan) - SAINT-EMILION - délice tactile (Angélus), onctuosité sublime (Ausone), intensité vibrante (Canon La Gafellière), délicatesse racée (Cheval Blanc), gourmandise aérienne  (La Confession), régal subtil (La Marzelle). Tous ces beaux bébés vont continuer de grandir et s'affiner pendant au moins 12 mois dans leur "berceau-barrique", avant de se glisser dans de seyants "habits-verre" pour un salutaire vieillissement en cave que nous leur souhaitons le plus long possible. C'est la vie de "grand vin" de château, pourvu que ça dure !

Archives du blog

visites