Le Plaisir ET la Forme

******************************************

7.8.16

Les 80 printemps de l'AOC Quincy

La "doyenne" s'offre une nouvelle jeunesse

Le 6 août 1936 est une date marquante pour le vignoble de Quincy qui fût le premier du Val de Loire à recevoir le titre envié d'Appellation d'Origine Contrôlée. Ses racines remontent au 1er siècle, du temps où le valeureux centurion romain Quincius se vit offrit par l'empereur Auguste, en récompense de sa bravoure, des terres dans ce petit coin de Berry qui compte aujourd'hui près de 300 hectares de vignes. Pour fêter dignement cet anniversaire vénérable, le dynamique "village gaulois" s'était mobilisé pour organiser une journée informative et festive, avec l' implication solidaire de la plupart des 32 familles de récoltants de l'AOC (parmi lesquelles 10 vigneronnes et 10 jeunes vignerons) dont beaucoup mènent de front une activité économique céréalière. La matinée était réservée aux professionnels avec 2 ateliers passionnants au programme. Tout d'abord "Identité / diversité des cuvées", animé par Christophe Prouteau (cofondateur de CQFD Gustation) qui nous a habilement initié à l'approche gustative du cépage Sauvignon régnant en maître sur l'appellation. A travers 7 vins aux caractères distinctifs, les participants étaient invités à verbaliser  avec précision et convivialité leurs perceptions sensorielles. Le second atelier , animé par Bertrand Daulny (ancien directeur du Laboratoire œnologique SICAVAC) visait à nous faire prendre conscience de l'étendue des expressions du Sauvignon, trop souvent réduites à ses thiols variétaux caractérisés par des arômes primaires de pamplemousse, fruits exotiques, buis et bourgeons de cassis. S'appuyant sur une remarquable dégustation verticale de 6 millésimes (2012 à 1996) de chacune des  cuvées offertes par 3 domaines de l'AOC, et  illustrée par un graphique intégrant notamment les conditions climatiques tout au long du cycle annuel de la vigne (des premiers bourgeons jusqu'aux vendanges), la brillante démonstration de l'intervenant a mis en évidence 5 profils type de millésime : "contrasté-normal", "grand millésime d'équilibre", "contrasté-précoce", "solaire" et "d'attente". D'autres paramètres tels que la nature du sol, les techniques viti-vinicoles utilisées, sans oublier le format de la bouteille (75 cl ou magnum), contribuent à conférer à chaque vin sa personnalité, car le Quincy est non seulement un excellent vin de cépage, mais surtout un authentique vin de terroir et de vigneron. Ce "nectar" gagnerait certainement encore en vitalité, subtilité et notoriété si un plus grand nombre de domaines de l'AOC s'orientaient vers une approche en bio/biodynamie, honorant ainsi la mémoire du chanoine Montigny auquel on attribue la citation suivante : "Si vous rencontrez un philosophe austère qui vous dit que rien n'est parfait sur la terre, soyez bien assurés que s'il vous parle ainsi, c'est qu'il n'a jamais bu du vin blanc de Quincy." A l'issue de cette matinée studieuse, plusieurs pôles thématiques ("Veilles vignes", Vinification en fûts"...), installés sur l'esplanade ombragée du vieux Château quinçois, ont permis l'expérimentation de nombreux accords mets & vins autour d'un généreux buffet. L'après-midi, le public est venu en nombre participer aux activités pédagogiques et ludiques proposées par les organisateurs : exposition et projection de films à la "Villa Quincy", promenade commentée dans le tout nouveau "Jardin labyrinthe de vigne", survol en hélicoptère du vignoble, et dégustation du millésime 2015 dans le parc magnifiquement réhabilité du Château. Cette belle journée estivale s'est achevée sur un diner champêtre suivi d'un bal orchestré par un sympathique groupe de musiciens folk, "Le Gros Trio" Le titre judicieux de la dernière BD du célèbre auteur berruyer Bernard Capo, intronisé ce même jour compagnon de la "confrérie du Poinçon", fournit la plus opportune des conclusions à cette chronique berrichonne : "Quincy va la vie " !
http://www.vins-centre-loire.com/quincy/
http://www.vins-quincy-reuilly.com/-nos-vignerons,009-.html

5.7.16

Introduction à la dégustation géo-sensorielle

 En-quête du goût mystérieux des "vins de  terroir"

Quel meilleur biais pour l'appréhender que la présentation, sur un même millésime, de cuvées aux assemblages similaires mais élaborés par différents Domaines d'une seule région ? C'est à cette expérience originale que nous avaient conviés, dans un salon de leur élégant magasin parisien, les Caves Legrand Filles & Fils (remerciements à Bérénice et Fanny pour la parfaite organisation !). Elle a été réalisée en partenariat avec Derenoncourt Consultants, représentatif d'une nouvelle génération de Conseillers viti-vinicoles, à l'image du parcours atypique de son fondateur Stéphane Derenoncourt,  ancien ouvrier tourneur-fraiseur dans sa région dunkerquoise natale. Après une longue initiation auprès de grands précurseurs de la biodynamie, comme les "philosophes-chercheurs" François Bouchet et Jacky Rigaux, et du sommelier Alain Ségelle, il s'est forgé une solide réputation internationale "d'oenologue de terrain" respectueux des équilibres naturels (biodiversité en surface et en profondeur...) et promoteur de la "méthode parcellaire" (avec dégustation régulière du raisin).  Notre réunion, qui s'est articulée autour d'une sélection de  cinq vins provenant de cinq vignobles bordelais (trois sur le millésime 2012, un sur 2010 et un sur 2006),  a offert l'opportunité à Stéphane de nous faire partager sa vision globale de l'élaboration des vins de terroir, à l'antipode des "vins technologiques", et qu'il résume ainsi : il  faut "considérer la plante dans son Grand environnement" qui englobe un lieu, un sol, un sous-sol, une exposition, un micro-climat sans oublier le rôle prépondérant des Hommes. C'est dans cet esprit d'ouverture et de réceptivité sensorielle que nous avons pu apprécier les variations gustatives engendrées par les profils géologiques des différentes appellations : graves de Gûnz (héritage des glaciations pyrénéennes) pour un Moulis-en-Médoc, graves et sous-sol argilo-graveleux pour un Pessac-Léognan, sol argilo-calcaire pour un  Castillon Côtes de Bordeaux ,  graves enrobées d'argiles sableuses pour un Pomerol, sol argilo-calcaire en côtes et plateau pour un Saint-Emilion Grand Cru. Au nez, et surtout en bouche, la mise en valeur du terroir se  traduit par une sublimation de l'expression aromatique et un bon équilibre structurel des vins qui favorisent leur bonification au fil des ans. Ces perceptions qualitatives à la dégustation sont le meilleur révélateur de l'influence bénéfique du "cocktail naturel" minéral et organique dont s'est nourrit la plante jusqu'à la vendange.  L'alchimie complexe de ces vins conjuguant génie du lieu et savoir-faire humain, surtout s'ils sont issus de culture bio ou, mieux encore, biodynamique comme c'est le cas du  Domaine de l'A (terrain  d'expérimentation et de réflexion de Stéphane Derononcourt depuis 17 ans), se révèle dans  un plaisir gustatif subtil associé à un ressenti  de fraîcheur  et de vitalité, suivi d'une excellente digestibilité. Il s'agit d'une approche de gourmet, en savoureuse résonance avec celle de Gastronomie & Bien-être, démontrant que la santé et le développement harmonieux de l'être humain sont intimement liés à des facteurs semblables à ceux qui contribuent à déterminer la destinée de la vigne...Pour en savoir plus sur les coorganisateurs de cet évènement enrichissant, vous pouvez consulter les deux liens ci-dessous
 http://www.derenoncourtconsultants.com/fr/ - http://www.caves-legrand.com/

21.6.16

BULLES EXPO Paris 2016

Immersion en douceur dans un "monde de Brut"

Avec Jon Arvid Rosengren (crédit Alain Malclès)
Conçu et organisé avec soin par GFA Events (la branche évènements du Groupe France Agricole) et par Vitisphère (leader de l'internet viti-vinicole francophone) sous l'impulsion de son co-fondateur Michel Remondat, la première édition française du Salon Mondial des Vins effervescents vient de fermer ses portes, après 2 journées intenses dans  le hall d'exposition du Parc Floral de Vincennes. Plus de 120 exposants issus de l'ensemble des vignobles français et européens participaient à cette nouvelle aventure pétillante pour présenter leurs produits aux visiteurs professionnels présents en nombre malgré une météo copieusement arrosée. Egalement au programme une série de  conférences et "masterclass" faisant intervenir des personnalités de premier plan. Le lundi, nous avons eu le privilège d'une dégustation commentée (en anglais) par Jon Arvid Rosengren, tout juste auréolé de son titre de Meilleur Sommelier du Monde obtenu le 19 avril dernier en Argentine devant le français David Biraud. Agé de seulement 31 ans, il nous a impressionné par sa capacité à enchaîner avec fluidité les descriptions précises des profils aromatiques  et des accords gustatifs de 15 cuvées de vignerons champenois, qu'il venait pour la plupart sans doute tout juste de découvrir. Son intervention fut suivi de celle non moins savoureuse de l'incontournable Philippe Faure-Brac,  Meilleur Sommelier du Monde 1992,  qui nous a fait vivre une mémorable verticale de Vouvray De Chanceny s'échelonnant de 2013 à 1982, au cours de laquelle le cépage Chenin à dévoilé son immense potentiel gastronomique ("tous les Chenins mènent aux a-rômes !"). Puis au fil d'un parcours dans les allées du Salon plusieurs belles découvertes et coups de cœur (relatés dans l'ordre des rencontres) : les effervescents slovènes du Domaine Slapsak vinifiées par un ex-champenois (François Botton) tombé amoureux du pays; les 3 "brut nature Hortari 'de la coopérative italienne Codice Citra dont les vignes s'étalent sur 600o hectares au flanc des collines verdoyantes situées entre les plages de la mer Adriatique et les montagnes enneigées de la région des Abruzzes; l'impressionnante gamme de Crémants de Luxembourg du Domaine viticole Laurent et Rita Kox  combinant cépages traditionnels et autochtones (Saint-Laurent, Elbling...); l'harmonieux cocktail à base de 1/2 sec d'Anjou blanc de blanc (Bouvet "Island-Antartic") et de feuilles de basilic frais, préparé par l'accueillante équipe du stand France Boissons, les cuvées millésimées "100% Arbane" et "6 cépages" de la vieille Maison Champagne Moutard; et enfin les toutes premières cuvées ("Trois Contrées Brut" et "Douce Folie Extra-Brut rosé") du Champagne Domaine la Borderie, élaborées en 2013 par Marie et Simon Normand (sœur et frère) avec les raisins du domaine familial de la Côte des Bar qui vendait jusqu'à présent l'intégralité de sa récolte aux grandes Maisons. Vous retrouverez la liste complète des exposants en feuilletant le catalogue virtuel accessible par le  lien ci-dessous. On espère, dans le contexte d'un marché des effervescents en pleine croissance, que la prochaine édition attirera aussi des producteurs  de qualité venus d'horizons plus lointains (continent américain, australien, africain, asiatique...) désireux de promouvoir leurs fines bulles dans l'écrin de la "Ville Lumière"...
http://www.bulles-expo.com/

14.6.16

Première édition du "Caféoth'Ex Day"

Célébration de surprenants mariages multisensoriels

Au bord de la Seine, juste en face à l'Île Saint-Louis, la vie de La Caféothèque Paris n'a jamais coulé comme un  long fleuve tranquille ! Fondé il y a un peu plus de 10 ans par Gloria Montenegro, ancienne ambassadrice du Guatemala en France, ce salon de cafés fins (dits "de spécialité") a toujours été pionnier de l'innovation dans son domaine. Véritable "passionaria du Café", Gloria a élevé la dégustation au niveau d'un Art qu'elle transmet avec ferveur à des jeunes venus du monde entier se former au beau métier de barista ("sommelier du café"). Lundi dernier, elle réunissait pour la première fois ses anciens élèves diplômés pour une journée de partage et d'échanges dont le point d'orgue était la présentation des accords cafés, vins et parfums. Pour cet exercice de funambulisme sensoriel inédit, le profil d'une sélection de haut vol de quatre cafés Grands Crus de terroir avait été préalablement établi par les membres de l'Académie de Caféologie lors de leur dernière séance mensuelle. Après que l'expert olfactif Alexandre Hureau, créateur de la société Intuition, nous ait fait rêver avec les notes sensuelles des parfums qu'il avait retenus, ce fût au tour de Gastronomie & Bien-être de dévoiler les prétendants, issus de vignobles hexagonaux,  à l'union avec les "petits noirs" venus des lointaines plantations d'Afrique et d'Amérique du Sud.  Marier des boissons aux profils aromatiques aussi complexes et changeants représentait un défi de taille ! Finalement, après de longs flirts gustatifs, quatre couples ont pu enfin convoler en justes noces devant la vingtaine de témoins venus assister à la cérémonie : trois mariages de raison comme ceux du Villarica péruvien avec un séduisant et intense Croze-Hermitage rouge (cépage Syrah), du gikongoro rwandais avec un vif et sensuel Anjou blanc (cépage Chenin), du Huehuetenango guatémaltèque avec un élégant et soyeux Saint-Julien rouge (cépages Cabernet Sauvignon et Merlot) et enfin, pour fermer le bal, le mariage d'amour du Harrar éthiopien avec un  fougueux et racé Languedoc rouge (cépage Mourvèdre). Un buffet convivial, en forme de "casse-croûte gastronomique" aux accents latinos (purée de haricots noirs aux oignons, bœuf haché aux épices et piments, tranche de tomme fraîche de l'Aubrac sur lit de confiture bio mangue et papaye....), a apporté une savoureuse note finale à  la gamme des accords harmonieux découverts. Cette expérience, riche en  émotions, laissera certainement un souvenir mémorable à tous les "Ex" de la Caféothèque.
 http://www.lacafeotheque.com/

31.5.16

Les vins du Cru Fleurie

Fine fleur du Beaujolais

Pour la toute première fois, l'association (Organisme de Défense et de Gestion) viticole "Le Cru Fleurie", co-présidée par Alain Coudert et Fabien de Lescure, organisait le lundi 30 mai, à l'inspiration de sa responsable Communication Alexandra de Vazeilles, une journée de dégustation professionnelle au cœur de cette appellation discrète située au sud de Macon et bordée par les crus à la notoriété bien établie de Moulin à Vent, Chiroubles et Morgon. Le vignoble de Fleurie est constitué d'une mosaïque de 22 lieux-dits formant une arène spectaculaire de coteaux escarpés, dominée à plus de 400 mètres par la fameuse Chapelle de la Madone dont le clocher est surmonté d'une sainte vierge protectrice de la vigne, également surnommée "Dame de la Pétoche" depuis qu'en 1870 les envahisseurs prussiens stoppèrent leur conquête en l'apercevant. Les sols reposent sur des roches granitiques plus ou moins profondes et "altérées" (érodées), formant un terroir particulièrement adapté au cépage Gamay noir qui s'épanouit sur des ceps parfois quasi-centenaires, aux rendements certes peu élevés (en moyenne inférieurs à 40 hl/ha pour 2015) mais propice à une production qualitative La technique de cuvaison la plus répandue est la macération (semi) carbonique des grappes entières, typique de l'ensemble des appellations du Beaujolais, qui déclenche une "fermentation intracellulaire" aboutissant à des vins friands, très fruités et peu tanniques. Cependant certains viticulteurs pratiquent des macérations longues plus classiques  permettant d'élaborer des vins d'une grande finesse avec un bon potentiel de garde. Malgré un temps bien maussade et un moral affecté par les dégâts importants causés par la grêle des jours précédents, les 44 vignerons étaient tous présents pour accueillir dignement les dégustateurs et leur faire découvrir les cuvées 2015. Comme pour la plupart des vignobles français (voir la chronique "Primeurs de Bordeaux" ci-dessous), elles possèdent toutes les qualités d'un millésime surdoué exprimant déjà, à peine mis en bouteille ou toujours en cours d'élevage en foudre, un équilibre remarquable entre chaleur, fraîcheur et rondeur. Une mention particulière pour les domaines en nombre croissant convertis en bio/biodynamie, ou en chemin vers cet objectif particulièrement louable dans un contexte cultural ardu qualifié ici "d'héroïque", dont les nectars offrent souvent au goûteur averti un supplément de raffinement perceptible en bouche, et à tous une digestibilité bienvenue. Coordonnée avec soin par l'agence Clair de Lune, la manifestation s'est conclue par un savoureux banquet convivial concocté par l'association les Toques Blanches Lyonnaises et arrosé de magnums issus de millésimes plus anciens (1999 à 2014) offerts par chacun des vignerons participant à cette heureuse initiative qui devrait contribuer à une meilleure ( re)connaissance du Cru Fleurie...
http://www.crufleurie.com/accueil.html

20.4.16

Le "Printemps des Champagnes" 2016

Clés du royaume florissant des fines bulles de terroir

"Grappe mystique" - Cathédrale de Reims
"Il n'est Champagne que de la Champagne !". Cette affirmation, à première vue empreinte de corporatisme régional, prend tout son sens à l'issue des journées professionnelles qui viennent d'accueillir acheteurs, sommeliers et journalistes de tous horizons dans plusieurs lieux prestigieux de la "cité des sacres" et de quelques autres villes de la Marne et de l'Aube, à l'occasion de la 8ème édition de l'ex- "Champagne Week" (opportunément rebaptisée dans la langue plus fleurie de Molière). Regroupés en une vingtaine de Cercles ou Associations, environ la moitié des 320 Maisons membres de  l'Interprofession présentaient leurs cuvées issues des vendanges 2000 à 2014 et dégorgées dans l'année écoulée, ainsi que les "vins clairs" du millésime 2015 (très séduisant et prometteur). Ces dégustations intensives d'environ 500 échantillons (en ce qui nous concerne !), ont permis une prise de conscience de la grande diversité des nectars produits dans les 4  principales zones de l'appellation (du nord au sud : La Montagne de Reims, la Vallée de la Marne, la Côte des Blancs et la Côte des Bars) comprenant presque 300 terroirs, dont 17 "Grands Crus classés" et 44 "Premiers Crus". Parmi leurs caractéristiques communes figurent le climat contrasté, alternant douceur océanique et rigueur continentale, la structure géologique à dominante crayeuse, les principaux cépages blanc et rouge cultivés (Chardonnay, Pinot noir et Pinot meunier) et bien entendu la "méthode champenoise" (dite "traditionnelle" en dehors de l'AOC) de vinification avec sa seconde fermentation en bouteille. Mais le Champagne, probablement plus que tout autre vin effervescent dans le monde, est avant tout le fruit d'une étonnante alchimie de multiples facteurs concentrés sur une superficie plantée de seulement 33000 hectares (4 fois moindre que celle du vignoble de Bordeaux !). Ils sont d'abord liés à la spécificité de chaque lieu (orientation des parcelles, composition des sols, âge des vignes, phénomènes météorologiques locaux), mais également aux pratiques vitivinicoles qui font l'objet de choix stratégiques quasi permanents influant considérablement sur l'évolution des vins à court, moyen et long terme : répartition de l'encépagement, origine des ceps (clonage, sélection massale, non-greffés), biodiversité et entretien des sols (labourage, désherbage...), traitements des plants (intrants de synthèse ou naturels), rendement à l'hectare, dates de vendanges; tri des grappes, temps de macération (pour les rosés), intensité de pressurage, déclenchement (levurage ou levures indigènes) et contrôle de la  fermentation alcoolique (et éventuellement malolactique), pourcentage des cépages et des vins de réserve (et parfois de "réserve perpétuelle - solera") sélectionnés pour réaliser l'assemblage final,  durée de l'élevage en cuve (inox ou béton) et/ou en barrique (volume, origine du bois, ancienneté d'usage...), nombre d'années de vieillissement sur lattes et, "last but not least", la quantité de soufre ajoutée ainsi que celle de "liqueur d'expédition" (mélange de vin et de sucre)  déterminant le  "dosage" de la cuvée avant sa mise sur le marché. Dans ce contexte de "funambulisme oenologique", la proportion grandissante, surtout parmi les nouvelles générations de viticulteurs, d'exploitations certifiées HVE (Haute Valeur Environnementale), labellisées "bio" ou s'orientant vers la "biodynamie" est particulièrement encourageante. Cette dernière  approche, très exigeante à vigne comme au chai (notamment pour les cuvées "nature" ou "zéro dosage"), peut être identifiée "à l'aveugle" 8 fois sur 10 par le dégustateur éclairé, tant les vins qu'elle permet d'élaborer expriment pour la plupart en bouche un supplément de vitalité, minéralité et sapidité qui leur confère une dimension "géo-sensorielle" et vibratoire traduisant l'authentique et subtil goût de terroir. Grâce à cette démarche visant l'excellence le Champagne peut prétendre conserver son prestige de  "roi des vins et vin des rois" face à la concurrence croissante des effervescents à bas prix en provenance d'autres vignobles hexagonaux et de nos voisins d'Europe du sud, parfois agréables à boire mais manquant de complexité et de raffinement, qui envahissent les rayons de la grande distribution. Il apparait également essentiel, en particulier pour les domaines familiaux de dimension modeste, de s'appuyer sur des conseillers expérimentés pour promouvoir leur production auprès des réseaux (particuliers, cavistes, restaurateurs...) susceptibles d'en apprécier le (très) bon rapport Qualité/Prix/Plaisir. L'inscription en juillet 2015 des "Coteaux, Maisons et Caves de Champagne" sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO, ne peut qu'inciter les vignerons, soucieux de valoriser leur terroir d'exception pour les générations futures, à poursuivre dans cette voie royale pour nous régaler de vins accompagnant harmonieusement nos agapes de l'apéritif au dessert...
http://www.printemps-des-champagnes.com/

12.4.16

La semaine des "Primeurs de Bordeaux"

Un rallye œnologique d'anthologie

Crédit : Michael Boudot
Tous les ans, au début du mois d'avril, les professionnels du vin convergent du monde entier vers les vignobles girondins, pour découvrir en avant-première le dernier millésime fraîchement tiré des fûts. Pendant 5 jours ils vont se croiser dans un ballet virevoltant, à l'intérieur et aux alentours des célèbres châteaux, harmonieusement orchestré par l'Union des Grands Crus de Bordeaux, les négociants (Ulysse Cazabonne, Jean-Baptiste Audy...), les syndicats viticoles (Côtes de Bourg, Pessac-Léognan...) et de vignerons  (Vins bio d'Aquitaine, Crus Artisans du Médoc...), les associations de producteurs (Grand Cercle des Vins de Bordeaux, Grands Crus classés de Saint-Emilion, Crus bourgeois du Médoc...) et les consultants (Derenoncourt, Hubert de Boüard, Oenoconseil, Roland Oenologie...). C'est guidé par le sommelier Alain Ségelle ("Meilleur Nez d'Europe" 1988), fidèle "grognard" des Primeurs depuis l'époque où elles étaient encore confidentielles et qui participait à sa 31ème campagne, que nous avons vécu intensément cet évènement. Au rythme impressionnant de plus de 300 échantillons quotidiens, ce "stakhanoviste" de la dégustation enchaîne les verres à la cadence d'un métronome, dans un élan quasi-mystique, tout en trouvant le temps de rédiger un commentaire précis sur chaque cuvée grâce à son flair hors pair. Mais ceux qui font l'objet de toutes les sollicitudes en ce début de printemps sont de fragiles "poupons", tout juste extraits de leur couveuse, les tant attendus crus du millésime 2015. Ces nourrissons, fruits des noces de la vigne et des hommes célébrées l'automne dernier dans une vingtaine d'appellations bordant les Rives droite et gauche de la Garonne, semblent promis à un destin de surdoués. La partition des cépages, savamment interprétée par des œnologues-virtuoses pour l'élaboration des rouges, blancs secs et liquoreux, a révélé une superbe expression, notamment sur les "premiers vins" qui offrent déjà un savoureux équilibre entre acidité, minéralité, concentration aromatique et structure tannique. En complément de ces qualités intrinsèques prometteuses pour l'évolution des nectars du millésime, les présentations privées dans les  chais des plus prestigieux domaines ont permis la perception  plus personnelle d'un style distinctif pour la plupart des fleurons des gammes dégustées : SAINT-ESTEPHE - sophistication voluptueuse (Cos d'Estournel), pureté scintillante (Cos d'Estournel blanc) - puissance charnelle (Haut-Marbuzet), perfection gourmande (Montrose) - PAUILLAC - charme racé (Haut-Batailley), profondeur raffinée (Latour), opulence soyeuse (Lafite Rothschild), droiture chatoyante (Lynch-Bages), minéralité gourmande (Lynch-Bages blanc), opulence distinguée (Mouton Rothschild), séduction gourmande (Pichon Baron), élégance subtile (Pichon Comtesse), harmonie gourmande (Pontet-Canet) - SAINT-JULIEN - sensualité majestueuse (Ducru-Beaucaillou) - MARGAUX - opulence élégante (Dufort-vivens) - opulence charmeuse (Margaux), élégance solaire (Palmer), - HAUT MEDOC - intensité veloutée (La Lagune) - PESSAC-LEOGNAN - complexité envoûtante (Haut-Brion), profondeur gourmande (Pape Clément), amplitude savoureuse  (Pape Clément blanc) - SAUTERNES et BARSAC - gourmandise infinie (Lafaurie-Peraguey), gourmandise subtile (Romer), opulence gourmande (Suduiraut) - POMEROL - élégance raffinée (L'Evangile), délice intense (Clos l'Eglise), délice soyeux (L'Eglise Clinet), fraîcheur opulente (La Conseillante), velours fondant (La Fleur de Gay), minutie gourmande (Le Gay), puissance racée (Vieux Château Certan) - SAINT-EMILION - délice tactile (Angélus), onctuosité sublime (Ausone), intensité vibrante (Canon La Gafellière), délicatesse racée (Cheval Blanc), gourmandise aérienne  (La Confession), régal subtil (La Marzelle). Tous ces beaux bébés vont continuer de grandir et s'affiner pendant au moins 12 mois dans leur "berceau-barrique", avant de se glisser dans de seyants "habits-verre" pour un salutaire vieillissement en cave que nous leur souhaitons le plus long possible. C'est la vie de "grand vin" de château, pourvu que ça dure !

18.3.16

Festival de Gastronomie française en Corée

"So French Délices" à Séoul

Avec Guillaume Gomez ("1er cuisinier de France")
On ne pouvait imaginer lieu plus propice que la prestigieuse école Ferrandi au cœur de Paris, pour accueillir (le 17 mars) la cérémonie de présentation de "l'année de la France en Corée" (mars-décembre 2016), en présence de Matthias Fekl (Secrétaire d'Etat chargé du Commerce extérieur, de la promotion du tourisme et des Français de l'étranger) et des dirigeants de l'Institut français (opérateur de l'action culturelle extérieure de la France). En effet, parmi le copieux programme évènementiel de cette "Saison" en Asie du Sud-est, des animations gastronomiques particulièrement attrayantes sont proposées du 23 ou 26 mars dans la capitale du "Pays du matin calme", réputé pour ses plats équilibrés, parfumés et digestes : un "Street food", en partenariat avec Paris Baguette, donnera l'occasion à la population de déguster la cuisine de rue "à la française" sur la place Gwanghwamun de Séoul, et des "menus à 4 mains", concoctés par un duo de chefs français et coréens de renom, constitueront une expérience unique de découvrir la fusion de ces deux grandes traditions culinaires dans une sélection des meilleurs restaurants de la ville. Parmi les toques médiatiques qui régaleront les palais coréens figurent l'attachant Pierre Sang, finaliste de Top Chef 2011 et propriétaire de 2 bonnes tables créatives et métissées parisiennes, qui fera en cette occasion un émouvant retour aux sources. Ce festival gourmand "bleu blanc rouge" (les couleurs emblématiques des 2 pays) est remarquablement orchestré par les  cofondateurs de l'agence "So French Délices" (Lionel Choukroun et Yoan Smadja) et parrainé par le talentueux et cordial chef des cuisines de la Présidence de la République, Guillaume Gomez. A l'issu des discours officiels, l'affiche de "l'année France-Corée", créée par le génial "ange-créateur" de l'univers de la mode Jean-Claude de Castelbajac, a été dévoilée aux participants qui ont eu ensuite le privilège de pouvoir en faire dédicacer un exemplaire par son auteur. La présentation s'est conclue, comme il se doit dans ce haut-lieu de la formation à l'excellence, par un buffet raffiné préparé et servi avec élégance par les élèves des programmes "Bachelor Ferrandi", dirigés par monsieur Emmanuel Perier et coordonnés en cuisine par le chef Emmanuel Henry. Ces jeunes gens motivés deviendront les meilleurs ambassadeurs, aux quatre coins de la planète, de l'Art du "repas gastronomique hexagonal". Plus de détails sur le festival en visitant le site de l'organisateur  http://www.sofrenchdelices.com/#!annee-france-coree/odm13

20.2.16

Salon VINISUD 2016 et Dégustations "satellites"

Les vins Bio "sur orbite" et la Biodynamie "au zénith"

C'est par un temps hivernal lumineux et dans une ambiance détendue que s'est tenue à Montpellier l'édition bisannuelle de cet évènement professionnel d'envergure internationale, dont la qualité de l'organisation mérite d'être soulignée. En compagnie du réputé Sommelier-conseil Alain Ségelle (Monde vivant du Vin) et de 2 jeunes diplômées chinoises talentueuses et passionnées, Peixian Qiao (CIVS à l'ESC Dijon) et Levina Sung (Oenotourisme à l'Université d'Angers), nous avons sillonné pendant 3 jours le dédale des immenses halls du Parc des expositions de la métropole du Languedoc-Roussillon. En quête des meilleurs crus (effervescents, secs et doux) déclinés en blanc, rosé et rouge à partir de la constellation de cépages cultivés dans les vignobles des pays du Bassin méditerranéen,  nous avons visité une partie des 1707 exposants (dont 270 hors France) : négociants reconnus, domaines familiaux bien établis et jeunes viticulteurs particulièrement (bio) dynamiques. En ce qui concerne ces derniers, nous les avons également rencontrés en soirée, dans les "off" organisés à proximité comme "Les Vinifilles" ("Dans les étoiles"), "Love Grenache" (à l'initiative de Grenache-association), "Hors piste" (organisé par le Domaine de l'Houstal Blanc) et le "Salon des vins Demeter" qui tenait sa 1ère édition au sommet du "Phare de la Méditérranée", espace évènementiel panoramique en forme de vaisseau spatial dominant le charmant port de Palavas-les-Flots. Les vigneron(e)s des terroirs du Grand Sud hexagonal présentaient pour la plupart des cuvées d'un très bon niveau qualitatif, mais certains ont plus particulièrement séduit mon palais et mon cœur (regroupés par département) : Domaine du Sabarthès (09), Château Rives-blanques (11), Château Rouquette sur Mer (11), Vignobles Denois (11), Château Barbanau (13), Domaine de la Rosière (26), Domaine OLiBRiUs (30), Domaine Chiroulet (32), Château de la Vielle Chapelle (33), Clos des Augustins (34), Domaine Alain Chabanon (34), Domaine Bourdic (34), Domaine de Cébène (34), Domaine La Jasse Castel (34),  La Grange de Quatre sous (34), Le clos rouge (34), Mas de Daumas Gassac (34), Mas Delmas (66), Domaine Bernard Valette (69), Château Paradis (83), Le Chêne bleu (84)...Les cuvées ensoleillés de ces domaines se distinguaient par un équilibre harmonieux entre  fraîcheur minérale et opulence aromatique, procurant au goûteur des émotions sensorielles (et spirituelles) se prolongeant bien au-delà du plaisir gustatif immédiat... http://www.vinisud.com/fr/http://www.vinifilles.fr/; http://www.demeter.fr/1er-salon-des-vins-demeter-a-palavas/

11.2.16

Festival culturel international Sens & Chocolat 2016

Le Venezuela : renaissance d'un royaume de Grands Crus

Jusqu'à présent ce pays de 30 millions d'habitants, situé à l'extrême nord de l'Amérique du Sud, brillait surtout par ses réserves d'or noir et ses innombrables reines de beauté. La 4ème édition du Festival Sens & Chocolat, organisé par la société Planetgout  (fondée par Véronique Anastasie) au sein du salon Europain & Intersuc de Paris, et Présidé par l'éminent Professeur Jacques Puisais, a offert une superbe vitrine aux exceptionnelles variétés de cacaos criollo et trinitario vénézuéliens. Grâce à l'appui de la CCI Vénezolano Francesca (dirigée par Jean Anglade) et de Promosalons (représenté par son Délégué Frédérico Jiménez Rivas), une sélection des meilleurs producteurs, entourés par deux ravissantes "fées chocolat" (Erika Pinto et Thayna Valentina), avait traversé l'océan pour enchanter nos cinq sens. C'est dans sur un vaste stand décoré par les œuvres du talentueux artiste-peintre Daniel E Tudares  qu'étaient réunis les exposants : KKO Real (entreprise importante intégrant une école de formation de chocolatiers), Chocolates El Rey et Franceschi Chocolate  (exploitations familiales étendues fabricant une large gamme de chocolats fins ), la Fundacion Nuestra Tierra (Groupement associatif de petits producteurs), Chocolates Kirikire (plantation locale élaborant une savoureuse poudre de cacao) et la maison Tisano (négociant-conseil en fèves haut de gamme); tous motivés par une éthique sincère, le respect de la biodiversité et une approche très qualitative. Ils ont présenté aux visiteurs professionnels, venus du monde entier, une palette étendue de produits élaborés à partir des fèves provenant de multiples terroirs, comme le réputé "Chuao", se trouvant pour la plupart à l'ombre des forêts tropicales bordant la côte  caribéenne. L'apogée du Festival fût la remise des 2  prix décernés par un Jury éclectique d'experts, après un long processus de  sélection "à l'aveugle" des nombreux échantillons préparés à base de chocolat vénézuélien par les meilleurs artisans français et étrangers. Celui de la "Tablette Grand Cru" fût remporté par le jeune créateur hongrois Zsolt Szabad (Rózsavölgyi Csokoládé, Budapest) et le prix "Bonbon Design" attribué au MOF (Meilleur Ouvrier de France) Arnaud Larher (Paris). Cette cérémonie, précédée d'un savoureux buffet offert par le "traiteur bio-éthique d'exception" La Toque de Jacques, fût honorée de la présence de S.E. Hector Michel Mujica Ricardo (Ambassadeur du Venezuela en France) et de celle de la médiatique "Cuisinière" Babette de Rozières (Déléguée auprès de la Présidente du Conseil régional de l'Ile-de-France). La "déesse du Chocolat", parée de ses plus beaux atours par le styliste Pavel Mieses, vous fera certainement succomber à l'envie de goûter aux pépites cacaotées de son royaume tropical... http://www.europain.com/evenements/festival-sens-chocolat

17.1.16

30ème Concours des Vins de Chablis

De l'or blanc au cœur d'un écrin bourguignon

Crédit Château Grenouille
Faire partie du jury est un honneur qui vaut bien de quitter Paris à l'aube par un froid samedi de janvier, réchauffé par l'enthousiasme de quelques compagnons de route oenophiles : le sommelier "Stylobate" de la confrérie des "Piliers Chablisiens" Alain Ségelle, le directeur du Domaine Clémancey (Bourgogne) Dominique De Haut de Sigy et Peixian Qiao, jeune diplômée en "commerce international des vins" (ESC Dijon). La fraîcheur s'accentue au nord-est d'Auxerre en descendant vers le fonds de la cuvette allongée dont les parois sont constituées, de part et d'autre de la rivière Le Serein, par  les coteaux de 47 "climats" (lieux dits)  viticoles. Leur sous-sol remonte à l'étage géologique kimmeridgien qui confère aux chardonnays chablisiens ce côté minéral et iodé si typique et apprécié, en particuliers dans leur jeunesse, en accord avec des huîtres. Nous arrivons ponctuellement à l'entrée du Petit Pontigny, un hôtel particuliers du XVIIème siècle dans lequel l'Office du Chablis organise remarquablement ce concours réputé pour son sérieux. Dans la longue salle du 1er étage, une succession de petites tables vont accueillir environ 80 dégustateurs aux profils éclectiques (oenologues, journalistes, restaurateurs et sommeliers, viticulteurs "extérieurs" et amateurs éclairés) répartis par équipes de 4. Les 315 échantillons, représentants 81 domaines en compétition patientent, recouverts d'une élégante chaussette noire avec logo et répartis par appellation (Grand Cru 2013, Pemier Cru, Chablis et Petit Chablis 2014), dans des caisses à raison d'une quinzaine de bouteilles par équipe; le jugement des meilleurs crus revenant aux premiers dégustateurs enregistrés le matin. Après une courte allocation du Président du Jury, cette année le célèbre critique américain grand amoureux des Bourgognes Allen Meadows, les jurés se mettent au travail dans la plus grande concentration pour sélectionner seulement 2 à 4 cuvées par table qui seront soumises in fine au Super Jury pour l'attribution des médailles. Une fois leur devoir accompli, les participants vont devoir jouer des coudes, dans une ambiance conviviale, pour parvenir à déguster un maximum des vins primés lors du concours précédent, déposés sur de grandes tables au rez-de-chaussée du bâtiment et accompagnés des traditionnelles gougères. Le Super Jury ayant terminé sa délibération, tout le monde s'installe autour d'un sympathique banquet vigneron agrémenté de nombreux vieux millésimes (1998, 2006...) et égayé par les bans bourguignons entonnés spontanément ("la-la, la-la, lalalalalère..." !) par les joyeuses tablées. Chacun est reparti, après l'annonce des résultats officiels, avec l'envie de se retrouver à la 31ème édition en janvier 2017... http://www.chablis.fr/gallery_files/site/25717/28812/37886.pdf

17.12.15

La Péninsule de Crimée,

Empire secret des vins doux...

Crédit : Vera A. Medvedeva
C'est dans sa résidence parisienne, le somptueux "Hôtel d'Estrées", que son Excellence Alexandre Orlov, Ambassadeur de Russie en France, a chaleureusement accueilli mardi dernier un aréopage de dégustateurs pour une découverte privée de 25 nectars rares commentée par Vincent Dubernet (Château Fontarèche) et Loic Pasquet (domaine Liber Pater). Parmi les invités notoires de la sphère bachique figuraient Olivier Poussier (meilleur sommelier du monde 2000), Ophélie Neiman (la "Miss Glouglou" du journal Le Monde) et Michel Juillot (vigneron dans la pure tradition bourguignonne). L'initiative de cet évènement revient au fameux Michel-Jack Chasseuil, propriétaire d'une extraordinaire collection de plus de 40 000 grands crus, non destinés à la boisson mais qu'il rêverait de faire sortir de sa cave pour créer un véritable "Musée Gré-vin" ouvert au public. Le vignoble de Crimée, qui remonte à la Grèce antique, est situé en majeure partie sur la côté sud-est en bordure de la mer Noire et protégé des vents froids du nord par une longue chaîne de montagnes culminant à 1500 mètres. Il a été prodigieusement développé par le Tsar Nicolas II à la fin 19ème siècle qui y a introduit une multitude de cépages étrangers pour recréer le goût des grands vins européens qu'il appréciait. On y produit presque exclusivement une gamme étendue de vins mutés, des liquoreux et quelques effervescents de bonne réputation. La plus grosse partie de la production est réalisé par le Domaine de Massandra dont les caves gigantesques peuvent accueillir plusieurs millions de bouteilles, mais dont nous n'avons goûté que 20 cuvées ! Les plus remarquables étaient à dominante Pinot gris et Muscat, comme la célèbre "Le Septième Ciel du Prince Golitzine", mais également à base de cépage rouge comme le Lacryma Christi, vin préféré de l'impératrice Alexandra. De dimension beaucoup plus modeste, la Vallée du Soleil bénéficie d'un micro-climat favorisant la production de vins délicats et subtil dont la particularité est d'être exclusivement élaborée par une équipe de femmes œnologues. Le tendre et généreux "Docteur noir" du Domaine Arkhaderesse, issu de cépages rouges autochtones (Dgevat kara, Ekim kara, Kefesiy ) et à marier audacieusement avec une belle viande rouge grillée sans aucun artifice, reflète également le haut niveau qualitatif des vins de la péninsule de Crimée. Pour ceux qui lisent le russe, un compte-rendu bien illustré sur le site de l'Ambassade http://ambassade-de-russie.fr/index.php/ru/kalendar-sobytij/946-degustatsiya-krymskikh-vin-parizh-15-dekabrya-2015-g  - traduit en français http://ambassade-de-russie.fr/index.php/fr/agenda/963-la-degustation-professionnelle-de-vins-de-crimee-paris-15-decembre-2015

21.11.15

Cookie Connexion : le retour !

30 ans après, ça roule...

C'est en 1985, dans une minuscule échoppe coincée entre 2 immeubles de la rue de Rivoli à Paris, que la saga de Cookie Connexion a commencé par la rencontre d'un Cuisinier d'origine angevine, Laurent Grégoire, et d'une hôtesse de l'air américaine, Rita Levy. L'alchimie a immédiatement opéré entre la jeune femme qui avait amené dans ses valises la recette de sa grand-mère du Michigan et le jeune aventurier qui, après une traversée de l'Atlantique à la voile et 2 années comme  restaurateur en Guyane, s'était pris de passion pour la pâtisserie. Le secret de fabrication des biscuits aux pépites de chocolat et "brownies" produits par Laurent, alliant fraîcheur, qualité et adaptation au goût français sera la clé de leur succès auprès du public. La croissance et la reconnaissance médiatiques sont au rendez-vous dans les années 90 avec l'ouverture d'un magasin rue Ledru Rollin, la sélection comme fournisseur de Roland Garros, des 24 Heures du Mans et d'Eurodisney, ainsi que le titre de "Meilleur cookie de France" décerné par Gault et Millau. Puis, dans les années 2000, le vent tourne et Laurent décide de quitter la captiale pour s'installer dans la belle région de Dordogne où, pendant 12 ans, il s'investira dans l'élaboration d'excellents foies gras "bio" à la Ferme du Gros Chêne. En mars 2015, il décide de revenir à ses premières amours et régale dorénavant les périgourdins à bord de son "food truck" immanquable sur les marchés locaux. Bonne nouvelle ! Cookie Connexion vient d'ouvrir une boutique en ligne qui permettra à tous les gourmets (et gourmands) de (se) faire plaisir pour les fêtes (et après)... http://www.cookieconnexion.fr/fr/cookie-connexion

12.10.15

Escapade Surf & Gastronomie

Sur la "Côte de lumière"

En ce début d'automne, le littoral vendéen mérite plus que jamais son lumineux surnom. De la paisible Île de Noirmoutier à la station balnéaire "dans le vent " de la Tranche sur Mer, on découvre une alternance surprenante d'immense plages de sables fins bordées de dunes et de forêts, et de corniches rocheuses plus sauvages. Cette façade maritime contrastée offre une large variété de" spots" de vagues permettant, par presque tous les temps, aux amateurs de glisse de trouver la compagne idéale d'un jour. La nuit approchant, c'est en quête des bonnes tables jalonnant la côte, nombre d'entre elles permettant d'admirer le coucher du soleil sur l'océan, que le "gastronome surfeur" est parti . Le meilleur des produits de la mer et de la terre, mis en valeur par des Chefs talentueux et créatifs, sont à la noce dans les assiettes. Pour des mariages harmonieux, les cartes de vins proposent un beau choix de "fiefs vendéens" dont  la qualité gustative a été tirée vers le haut par une génération de vignerons emblématiques comme Thierry Michon du Domaine Saint-Nicolas (en biodynamie depuis 1995). Parmi les cuvées dégustées les rouges à base de pinot noir et les blancs a base de chenin se sont révélés particulièrement séduisants par la richesse de leurs arômes fruités combinés avec de vivifiantes notes salines. Une sélection de belles adresses découvertes au cours de ce séjour vous attend dans la rubrique "Restaurants à L.A.I.S.E." (en bas à droite de la page d'accueil, code postal 85...).

22.7.15

La Paulée de l'Anjou noir

 Réunion festive en "Terroirs de schistes"

La 4ème édition de cet évènement vigneron convivial s'est tenue le 20 juillet au Domaine Richou à Mozé sur Louet (49), situé dans la Vallée de l'Aubance, avec comme invitée d'honneur Pascaline Lepeltier, Sommelière au Restaurant Rouge Tomate (New York). Sur la lancée de la réussite de l'année précédente à Savennières, 33 vignerons de la Région et plus de 250 participants (restaurateurs, institutionnels, journalistes, professionnels du vin et oenophiles) se sont retrouvés pour vivre une douce journée estivale, jalonnée par un passionnant parcours pédagogique à travers les vignes (géologie, faune et flore, techniques de taille et de labours...), suivi de la dégustation d'une sélection de cuvées, puis d'un copieux et succulent buffet sous la tente, à base de produits bio. Remarquablement organisée par toute une équipe de bénévoles, La Paulée vise à valoriser le travail harmonieux accompli dans leurs vignobles par les membres de l'Association engagés dans la voie de l'agriculture biologique (ou biodynamique). Le cépage Chenin (blanc),  caractérisé par une exceptionnelle palette d'expressions, était bien sûr lui aussi en "vedette américaine" ! Comme je le suggérais, avec la bénédiction de quelques amis autour de la table de banquet, et sans doute inspiré par la dégustation émouvante d'un Anjou rouge 1991 de chez Patrick Baudoin (amené par le réputé Sommelier Alain Ségelle) et celle d'un Côteaux du Layon 2002 (retrouvé au fonds de ma cave), pourquoi pas choisir comme slogan d'une future campagne de promotion du terroir schisteux de l'Anjou noir :  "Tous les chenins mènent a-rômes" !http://www.pauleeanjounoir.fr/

13.7.15

Les meilleurs Crus du Liban

Dans votre verre en quelques clics

Crédit : Jean-Michel Volat
C'est par une chaleur estivale rappelant le climat de la Vallée de la Bekaa qu'a été officiellement lancé  le site Wine Route of Lebanon. L'initiative en revient à Robert Moughanie, spécialiste chevronné des vins et spiritueux libanais. entouré d'une équipe passionnée et dynamique. Une sélection des meilleurs cuvées de quatre domaines réputés représentant les trois principales régions viticoles du pays (Bekaa, Nord, Mont Liban), situées entre 500 et 1500 mètres d'altitude, est maintenant à votre disposition. Fini les vins solaires mais lourds; c'est une nouvelle génération de crus savoureux et subtils, charnels et vifs, vinifiés avec le plus grand soin que vous pourrez acquérir à un rapport qualité / prix / plaisir attractif. Un Batroun Mountains Seven blanc (bio), assemblage complexe de quatre cépages internationaux et de trois cépages locaux, un Château Saint-Thomas les Gourmets rosé, idéal pour un repas d'été, une cuvée gourmande et envoûtante Les Emirs rouge (Château Saint-thomas), un étonnant Clos de Cana Pinot noir aux arômes délicats et soyeux de vieux Bourgogne ou encore ce Jardin secret du même Clos de Cana qui nous dévoile les arômes mystérieux du cépage Sabbaghieh; autant de nectars qui sauront surprendre et séduire vos papilles ! Pour partir en voyage gustatif dans ces terroirs de la mythologie bachique il vous suffit de cliquer sur http://wineroutelebanon.com/

23.6.15

Dégustation de Vins bulgares

Sur la trace des Dieux Thraces

Sous les bienveillants auspices de l'Organisation Internationale de la Vigne et du Vin à Paris et de son Directeur général, M. Jean-Marie Aurand, une sélection des meilleurs Domaines de Bulgarie était présentée le 22 juin aux professionnels et à la presse spécialisée. Ces vignerons de la Péninsule balkanique nous ont fait découvrir les cépages indigènes comme le Dimyat (avec ses notes de pêche mûre) pour les blancs, le Mavrud, le Rubin (croisement de Nebbiolo et Syrah) et l'excellent "Melnik" (l'un des plus vieux cépages du monde) pour les rouges. Aux côtés de ces vins typiques, nous avons dégusté des assemblages plus classiques de cépages internationaux, souvent élevés en fûts de chênes français ou bulgares, offrant pour la plupart des arômes marqués mais harmonieux en bouche et un rapport qualité / prix  attractif. Parmi tous ces vins agréables, deux cuvées plus particulièrement séduisantes : le Tcherga blanc 2014 (Chardonnay, Sauvigon blanc, Sémillon) de Menada Winery (http://www.belvedere.bg/) pour accompagner un repas aux saveurs maritimes, et le Sinti Reserve 2008 (Merlot, Cabernet Sauvignon, Syrah, Cabernet franc) de Sintica Winery (importé par la Cave Thrace http://la-cave-thrace.com/) pour une union fougueuse avec un steak tartare bien épicé, à laquelle Bacchus et Dionysos donneraient sûrement leur bénédiction...

9.5.15

Rencontre savoureuse...

...avec la "Cuisinière de Mitterrand"

Rien ne prédestinait Danièle Mazet-Delpeuch, issue d'une vieille famille paysanne périgourdine, à devenir une star internationale. Mais le succès du film "Les Saveurs du Palais" a entraîné cette amoureuse des voyages dans un tourbillon médiatique planétaire au côté de l'actrice Catherine Frot qui l'incarne de manière convaincante au grand écran. De retour dans sa paisible ferme dordognaise, située à quelques lieues de la Corrèze voisine, cette femme à forte personnalité (il lui en a fallu pour survivre 14 mois confinée dans une base scientifique de l'Antarctique après son expérience élyséenne !) se consacre à présent dans une grande discrétion à la rédaction de son prochain ouvrage. Elle a accepté, le temps d'une soirée printanière, de sortir de sa "tanière" pour partager un dîner amical autour d'une bonne table locale (L'art des Mets - 24120 La feuillade). Au détour d'anecdotes croustillantes Danièle, "passionaria" des  produits de son terroir (à commencer par l'authentique foie gras d'oie), nous a confié sa vision de la vraie cuisine : ni prouesses artistiques du gratin des chefs étoilés, ni combats de gladiateurs "toqués" dans l'arène de la télé-réalité, mais tout simplement une approche sans chichis des repas quotidiens où elle apporte du plaisir en se faisant plaisir. On en reprendrait bien une petite louche des récits gastronomiques de cette grande aventurière des fourneaux...

12.3.15

"Marathon oenophilique"

En Bourgogne et Vallée du Rhône

Entraînée par le réputé et truculent sommelier-conseil et écri-vin Alain Ségelle (Monde Vivant du Vin) une équipe cosmopolite, composée du talentueux sommelier péruvien Erick Calienes (IK Restaurante - Lima) et de jeunes passionnés chinois du Club iVin fondé par Zhizhou Zeng, est partie à la rencontre des vignerons qui font la notoriété des appellations jalonnant la route menant de Dijon à la Cité des Papes d'Avignon. Le salon professionnel itinérant "Découvertes en Vallée du Rhône", remarquablement organisé par Inter Rhône, nous a offert l'opportunité de nous imprégner des saveurs des terroirs s'épanouissant de part et d'autre des rives du fleuve. C'est au rythme effréné de 400 à 500 cuvées quotidiennes (!) imprimé par notre (bio) dynamique "coach", véritable Bacchus des temps modernes, que nous avons dégusté pendant 4 jours, avec en prime un détour par la vénérable Maison Vidal-Fleury. Sur le chemin du retour vers la capitale, 2 journées en visite privées de petite et grandes caves (dont celles de la respectée Maison Louis Jadot et de l'innovant Frédéric Magnien) nous ont permis d'apprécier l'exceptionnelle diversité des "climats"de la Côte de Beaune et de la Côte de Nuits. Ce périple riche en rencontres conviviales et émotions gustatives s'est achevé par un instant de  recueillement devant la modeste parcelle qui abrite le plus prestigieux d'entre eux : la my(s)t(h)ique Romanée Conti...

30.12.14

Bonne Année 2015 !

A tous les lecteur du Blog GBE

Cliquez pour agrandir le gâteau !

6.12.14

La véritable Pizza

Le goût de Naples à Paris

A l'initiative de L.S.D.M., structure de promotion de l'authentique Mozarella di Bufala Campana AOP, le restaurant La Famiglia Di Rebellato (Paris 1er) accueillait le 29 novembre une démonstration-dégustation de pizzas et pasta artisanales. Pour cet évènement plusieurs pizzaiolos rénommés en Italie, à l'instar de nos Chefs étoilés, avaient fait le déplacement  : les gardiens de la tradition Francesco & Salvatore Salvo, le poète de la pizza Franco Pepe, le révolutionnaire Enzo Coccia avec sa pâte aérienne, et Alfonso Caputo qui nous a lui régalé avec des spaghettis aux champignons, courgettes et sauce tomate frais. Giuseppe Pagano, le propriétaire de l'azienda agricola San Salvatore 1988, un vignoble en biodynamie situé au cœur d'un parc naturel au sud de la ville de Palerme (Région de Campanie), nous a généreusement fait découvrir sa savoureuse gamme de vins blancs et rouges qui se sont parfaitement accordés avec les mets napolitains de la soirée. La pizza, quand la qualité des ingrédients et le savoir-faire sont en rendez-vous, se révèle être un met de haute Gastronomie (& Bien-être)...

30.11.14

Une bonne Récolte

pousse au coin de la rue

L'été dernier, dans le Quartier parisien des Batignolles, a éclos un magasin unique dans la Capitale. L'initiative en revient à Mathieu Mulliez, un dîplomé d'école de commerce dont la conscience s'est éveillée à travers des voyages lointains et des films comme "Le monde selon Monsanto" (de Marie-Monique Robin). Après quelques années de maturation il décide, entouré d'une équipe sympathique et motivée, d'offrir aux citadins l'opportunité de s'alimenter au quotidien à partir de produits frais et de saison à prix accessibles, tout en soutenant une agriculture durable et solidaire. Le concept repose sur une livraison bi hebdomadaire, par quelques petits maraîchers français, de fruits et légumes bio ensuite harmonieusement disposés dans de jolis bacs en bois. Encore plus rare, ce mode d'approvisionnement est étendu aux fromages, viandes et produits de la mer (pêche artisanale de Boulogne sur Mer). Une belle sélection de vins bio est astucieusement présentée dans des étagères à niches, avec mise en valeur des vignerons et leur domaine. Cerise sur le gâteau, dans un carré cuisine situé au cœur du magasin, la Chef Emmanuelle, en fonction de son inspiration du jour , concocte à partir d'ingrédients sélectionnés dans les rayons des plats savoureux à emporter . Le samedi, c'est à des clients qu'elle confie ses fourneaux, dans un esprit de convivialité et de partage. Espérons que cette heureuse initiative d'un jeune entrepreneur, bien dans l'esprit Gastronomie & Bien-être en fera germer bien d'autres.... http://www.la-recolte.net/

7.11.14

Vins Doux Naturels "Grenat"

Un rayon de soleil rouge au cœur de Paris...

Le Comité Interprofessionnel des Vins du Roussillon organisait le 3 novembre sa première manifestation parisienne spécifiquement dédiée aux "vins généreux", élaborés par l'ancestral procédé du "mutage", à partir de Grenache noir, sous les appellations Maury et Rivesaltes "Grenat". La Hip Galerie d'Art, choisie par les responsables attentionnés du CIVR, Virginie Quintard et Yves Zier, s'est avérée un lieu propice à l'évènement par sa situation centrale, son élégance et sa luminosité naturelle. Parmi les 14 caves présentant un à trois millésimes récents à la dégustation, des producteurs connus du grand public comme Mas Amiel, mais également des domaines plus confidentiels comme le Domaine des Soulanes, discrètement en bio depuis 1972, ou cette vigneronne courageuse et attachante du Domaine Vaquer. Au bar convivial du sous-sol, un assortiment raffiné de canapés salés (poisson mariné, stilton, magret...) et sucrés préparés par l'inspiré "compositeur-chocolatier" Christian Constant, ainsi qu'un buffet de fromages sélectionnés par le truculent M.O.F. Xavier Thuret, nous ont offert l'opportunité d'apprécier quelques accord mets & vins savoureux et surprenants (d'autres suggestions sur le site du CIVR - http://www.vinsduroussillon.com/civr-3100.php?CatID=102). On attend avec impatience la prochaine édition,  avec en prime la dégustation de quelques V.D.N. à base de cépages blancs.

Archives du blog

visites